Site hacké, merci (ou pas), et la suite

Retour après 3 semaines d’absence pour cause de site « hacké » par un obscur groupuscule dont la langue ne me disait rien. Pour un site d’à peine 2 mois, c’était un peu décourageant. Mais bon, il se trouve que je n’étais pas le seul dans cette mésaventure qui a touchée un grand nombre de sites tournant sous wordpress.  Enfin, maitriserscrivener.fr est à nouveau en ligne, et aucun contenu n’a été perdu, ce qui en soi me semble inespéré.

Bref, la suite du programme est en route, et on va continuer la série d’articles sur les bases de l’interface. Dans les prochains articles, on va parler de ce petit bouton bleu qu’on trouve dans le coin supérieur droit de l’interface:

Scrivener - bouton de l'inspecteur

Ce bouton permet d’afficher l’inspecteur. Sous ce terme qui peut faire un peu peur se cache un panneau de commande qui va venir s’afficher à droite de l’interface. Ce panneau, quand vous l’aurez-vu, peut faire peur, en effet. Le panneau de l’inspecteur renferme un nombre important de boutons, commandes, et autres menus en tous genres, qui peuvent vous laissez croire que vous êtes dans le cockpit d’un avion de ligne, sans la moindre idée de ce que vous êtes censés faire.

Mais pas de panique, nous allons décortiquer tout ça dans une série d’articles qui se voudront aussi simples et clairs que possible.

À très bientôt, et vous les hackeurs je vous dis… même pas peur!

Les bases de l’interface de Scrivener – partie 3: le pied de page de l’éditeur

Après nous être intéressés à la partie haute de l’éditeur de Scrivener et sa barre de titres (ou barre d’en-têtes), on va s’intéresser maintenant au bas de la page. On y trouve également une barre grisée: le pied de page.

Scrivener - Pied de page

Sur la gauche du pied de page, on voit un pourcentage avec un bouton de sélection. Au milieu, on a le comptage du nombre de mots et de caractères du document en cours. Et sur la droite, on a un bouton qui ressemble à une cible et qui permet de définir un objectif en nombre de mots pour le document en cours.

Le sélecteur de pourcentage

Commençons par le sélecteur de pourcentage à gauche.

Scrivener - sélecteur de pourcentage

C’est en fait une sorte de zoom qui permet de régler la taille d’affichage des caractères dans l’éditeur. Dans Scrivener, vous ne vous embêtez pas à jouer avec la taille des polices de caractères en allant changer ça dans le menu police. On aura l’occasion d’y revenir, mais Scrivener ne fonctionne pas tout à fait comme un traitement de texte, et en termes de présentation de votre texte, ce que vous voyez à l’écran n’est pas tout à fait ce que vous aurez sur votre page finale après la compilation.

Bref, tout ça pour vous dire que le réglage de la taille des caractères pour que ça soit confortable pour l’écriture ou la révision, ça se fait plutôt en déterminant le pourcentage en bas à gauche de votre écran plutôt qu’en allant régler une taille de police dans un menu quelconque.

Le compteur de mots

Revenons maintenant au compteur de mots.

Scrivener - compteur de mots

Comme son nom l’indique, il compte les mots du documents en temps réel. Si vous tapez quelques mots dans l’éditeur, le compteur de mots et de caractères se met immédiatement à jour.

Si vous cliquez dans cette zone, une fenêtre s’ouvre qui vous permet de choisir d’inclure dans le comptage les notes de bas de page, les commentaires et et les annotations.

Scrivener - compteur de mots 2

Sachez aussi que lorsque vous sélectionnez du texte dans l’éditeur, le pied de page affiche les statistiques correspondantes.

La fixation d’objectifs

Pour ce qui concerne la fixation d’objectifs, c’est très simple à utiliser. Admettons que vous vouliez vous fixer un objectif en termes de nombre de mots pour le document sur lequel vous êtes en train de travailler (et rappelez-vous qu’un document, ça peut être une scène, un chapitre, une description d’un lieu, bref ce que vous voulez, c’est toute la flexibilité de Scrivener).

Pour vous fixer cet objectif, vous cliquez simplement sur la petite cible, et vous tapez le nombre de mots.

Scrivener - objectif nombre de mots

Immédiatement, vous notez un changement dans le pied de page, puisque le comptage du nombre de mots courant indique aussi le nombre de mots à atteindre. Sur la droite, une petite barre de progression indique visuellement où vous en êtes, et la couleur varie selon la distance de l’objectif.

Scrivener - objectif nombre de mots 2

Enfin, si vous avez cliqué la case “afficher les notifications d’objectif”, eh bien Scrivener vous affichera une petite notification dans le coin supérieur droit une fois l’objectif atteint.

Jusqu’ici, on était en train de visualiser un document de texte. Que se passe-t-il maintenant si on visualise un autre type de document, par exemple un pdf, une image, un fichier audio, ou autre ?

Eh bien le pied de page s’adapte au type de fichier. Si vous visualisez par exemple un PDF, le pied de page change pour afficher des flèches de navigation permettant de tourner les pages, et affiche le numéro de page courante et le total du nombre de page.

Même philosophie si vous sélectionnez une vidéo, un fichier audio, ou une image: le pied de page change pour s’adapter au type de fichier.

Voilà, je pense qu’on a fait le tour de ce qu’on pouvait dire sur le pied de page de l’éditeur de Scrivener. Vous voyez qu’à priori ça n’a l’air de rien, mais c’est bourré de fonctionnalités dont on aurait tort de se priver. C’est un peu ça Scrivener, très complet, un peu complexe, mais qui gagne vraiment à être connu.

Les bases de l’interface de Scrivener – partie 2

Les documents sont au coeur du fonctionnement de Scrivener. Vous pouvez en créer autant que vous le souhaitez. Par exemple vous pouvez créer un document par chapitre, par scène, par idée, par article, par personnage, bref c’est comme bon vous semble.

Pour naviguer entre les documents, il vous suffit de cliquer dans le classeur à gauche. Mais il existe un autre moyen de navigation très utile: la barre de titres dans l’éditeur.

Scrivener - Barre de titresVous pouvez renommer le document en cours en cliquant sur le titre directement dans la barre

Scrivener - Renommage

Par ailleurs, un clic sur l’icône à gauche du titre révèle un raccourci vers un certain nombre d’actions possibles.

Scrivener - Menu

Les flèches à gauche de la barre fonctionnent comme un historique de navigation, sur le même principe que l’historique de navigation de votre navigateur internet.

Fleches 1

Elles vous permettent donc de revenir rapidement sur des documents que vous avez ouvert dans l’éditeur.

Les flèches à droite de la barre de titres permettent quant à elles de naviguer de manière séquentielle à travers les fichiers du classeur.

Fleches 2

Une différence entre ces 2 modes de navigation, c’est que le premier mode permet de naviguer dans l’historique sans changer la sélection dans le classeur. Cela vous permet de revenir sur un document précédent sans perdre la trace du document sur lequel vous étiez en train de travailler. Les flèches haut et bas en revanche modifieront la sélection du document dans le classeur.

Un autre moyen d’afficher un document dans l’éditeur sans changer la sélection dans le classeur est de faire un glisser/déposer d’un document depuis le classeur vers la barre de titres de l’éditeur.

Si à un moment vous êtes perdu et ne savez plus où le document en cours se trouve dans le classeur, cliquez s’implement sur l’icône dans la barre de titres et sélectionnez « Afficher dans le classeur ».

Les bases de l’interface de Scrivener – partie 1

Lorsque vous ouvrez un projet Scrivener, par défaut le logiciel présente en 2 zones principales: le classeur et l’éditeur.

L'éditeur et le classeur de Scrivener

Le classeur

Sur la gauche, vous voyez une liste de fichiers: le classeur. Le classeur contient par défaut 3 dossiers: Ébauche, Recherche et Corbeille. Vous pouvez renommer ces dossiers comme bon vous semble en double cliquant dessus.

Le classeur est l’endroit ou vous organisez votre projet en créant sa structure par de simples glisser/déposer.

Le contenu du dossier ébauche représente les morceaux de textes qui seront assemblés en un seul long document lorsque vous utiliserez la fonction de compilation de Scrivener.

Scrivener est donc assez différent dans son fonctionnement d’un traitement de texte, puisqu’au lieu de travailler sur un seul gros document, on travaille sur des petits morceaux que le logiciel assemble pour nous une fois terminé.

Le dossier ébauche ne peut contenir que des fichiers de texte. Le dossier recherche, par contre, peut quant à lui contenir à peu près tout type de fichier: des images, du texte, des vidéos, des fichiers PDF, etc. C’est donc dans ce dossier que vous placerez vos fichiers multimédias.

Vous n’êtes pas obligés de mettre tous ces fichiers dans le dossier recherche, vous pouvez créer vos propres dossiers comme vous voulez.

Le dossier corbeille quant à lui est l’endroit dans lequel vont les documents que vous supprimez du projet. La corbeille contient tous ces documents supprimés, et n’est vidée que lorsque vous choisissez la commande projet -> vider la corbeille, et il n’y a donc pas de risque de perdre accidentellement un fichier

L’éditeur

Sur la partie droit de l’écran vous trouvez la partie principale, qui est l’éditeur. L’éditeur affiche le document en cours. Il y a différentes façon pour afficher un document dans l’éditeur, mais la plupart du temps vous cliquerez simplement sur un fichier dans le classeur.

Scrivener vous permet de créer et importer un nombre illimité de documents texte. Comme on l’a dit, vous pouvez aussi importer des images, des pages web, des vidés et des documents PDF.

Pour importer un document, vous pouvez soit aller dans fichier>importer>fichiers, or simplement faire un glisser/déposer des fichiers des fichiers dans le classeur.

Vous pouvez donc changer le document actuellement affiché dans l’éditeur en cliquant sur un autre document dans le classeur, par exemple un autre fichier texte ou une image.

Les meilleures ressources en Français pour Scrivener

Puisque j’ai décidé de maîtriser Scrivener, j’ai besoin d’accéder aux meilleures sources de documentation. Après quelques recherches, force est de constater que la documentation en Français n’est pas énorme. Je vais lister ici les sites, blogs, et vidéos qui m’ont parus intéressants.

Tout d’abord, le site de François Magnan, formateur et consultant qui a écrit une série de 6 articles présentant Scrivener. Chacun des articles présente un aspect du logiciel de manière assez succincte, ce qui permet d’avoir un aperçu complet en quelques minutes. Cerise sur le gâteau, chacun des articles est accompagné d’une vidéo qui reprend le contenu de l’article. Vous retrouvez également ces vidéos sur la chaine youtube de François Magnan.

Le site Débuter sur Mac héberge également un très gros article qui fait le tour de l’essentiel de Scrivener. Là aussi, c’est un aperçu complet du logiciel.

Le site de Lionel Davoust contient lui-aussi quelques articles, certains relativement détaillés, sur l’utilisation de Scrivener. Point important, Lionel Davoust est un auteur publié, et ses conseils ont donc une pertinence particulière pour les auteurs.

Dans les autres sites d’écrivain, je mentionnerais celui de Cyril Vallée, contient quelques articles sur l’utilisation de Scrivener, et celui de Gaëlle Kermen, qui publie des articles très pratiques mais a également sorti un guide au format électronique: Scrivener plus simple: Le guide francophone pour Mac (Collection pratique Guide Kermen t. 1).

Il existe aussi un ebook en Français: ça s’appelle Maîtriser Scrivener pour Windows: Le guide francophone, et il est en vente sur Amazon. Le blog de l’auteur, Jean-Loup Jovanovic est également intéressant.

Je mentionnerais également l’article de Caroline Muller qui explique pourquoi utiliser Scrivener pour rédiger un manuscrit universitaire. Parce-qu’il n’y a pas que l’écriture de fiction, dans la vie…

Et… C’est à peu près tout. Comparé au nombre de ressources anglophones, il faut reconnaître que c’est un peu maigre. Mais j’ai bon espoir d’arriver, avec ce blog, à compléter un peu ce panorama et servir, à la longue, de référence en matière d’apprentissage de Scrivener (soyons un peu ambitieux, que diable).

Si vous avez d’autres ressources intéressantes à signaler, laissez un commentaire ci-dessous et je mettrai à jour l’article.

Comment nettoyer le formatage du texte après importation dans Scrivener

Souvent, après avoir importé du texte dans Scrivener depuis un traitement de texte, ou après avoir fait des copier/coller depuis d’autres sources (par exemple une page internet), le formatage du texte sera peu élégant. En effet, les différents formats ont tendance à être copiés en même temps que le texte.

Ici par exemple, mon importation depuis Word me donne un texte très brut de décoffrage, sans interligne, sans alinéas, et avec une police de caractère qui n’est pas celle que j’utilise habituellement dans Scrivener.

Il existe une façon très simple de corriger d’un seul coup le formatage de plusieurs documents dans Scrivener.

Commencez par sélectionnez dans le classeur les documents que vous voulez nettoyer:

Scrivener - sélection de fichier dans le classeur

Ensuite, allez dans le menu Documents –> Convert –> Convertir la mise en forme en en style de texte par défaut:

Scrivener - menu pour conversion

Modifiez éventuellement les options par défaut (la plupart du temps ce ne sera pas nécessaire), puis cliquez sur OK:

Scrivener - boite avec options de conversion

Et voilà le résultat:

Scrivener - résultat de la conversion du format

Avouez que ça a quand même un peu plus de classe !